Journal de Lafayette

Feuille 12

Feuille 12

Hier, nous avons dépassé un lourd navire de commerce, à moins d'un mille par tribord. Il naviguait sans pavillon et a cherché à s'éloigner de nous. Nous étions intrigués par ce comportement, mais étant soumis à la discrétion notre capitaine a gardé son cap. Cependant les matelots ont parlé. D'après eux, c'est un négrier, un bateau de traite des noirs d'Afrique vers l'Amérique.

Je suis toujours aussi révolté contre ces mauvais traitements et l'esclavage que cela suppose. Je n'ai jamais évoqué encore ce problème avec mes amis américains, puisqu'ils ont d'autres sujets de préoccupation. Et je ne pourrais le faire sans songer à nos colonies de St Domingue et autres Antilles, où les Africains sont nombreux.

Lorsque la victoire sera acquise, peut-être passerai-je par Fort-de-France pour voir la réalité de la vie aux Indes Occidentales, réalité que mes compatriotes ignorent totalement. Et j'aimerais bien connaître l'opinion du Président sur ce sujet… peut-être, plus tard.

feuille suivante : Journal de Lafayette — Feuille 13