Journal de Lafayette

Feuille 11

Feuille 11

La houle m'empêche de dormir comme il se doit. J'ai le temps de songer. J'ai repensé à notre départ de Rochefort. Hâler à la main une frégate comme L'Hermione, pour l'amener à la mer, n'est point commun. Certes, la main d'œuvre ne coûte rien puisque ce sont des galériens, me dit-on.

À Rochefort on appelle cela la cordelle. On me dit aussi que ces hommes sont des gens de sac et de corde. Il y a peu d'années encore, il y avait parmi eux des huguenots. Quelle tristesse !

Et comme je demandais pourquoi avoir créé Rochefort, ce port si difficile d'accès, il m'a été répondu que La Rochelle, havre magnifique, était encore suspecte d'idées calvinistes.

Je ne supporte point cette intolérance vis-à-vis de la liberté de chacun de penser à sa guise et d'adorer son dieu selon son goût. Je vogue vers une terre de liberté, liberté que j'ose espérer totale pour l'esprit humain.

feuille suivante : Journal de Lafayette — Feuille 12